Max Fritsch, questionnaire impertinent

Questionnaire impertinent de Max Fritsch sur la  propriété :

1 Pouvez-vous vous rappeler à partir de quel âge il vous a semblé aller de soi que quelque chose vous appartienne ou, le cas échéant, ne vous appartienne pas ?

2 A qui, à votre avis, appartient l’atmosphère, par exemple ?

3 Que ressentez-vous comme une propriété ? Ce que vous avez acheté ? Ce dont vous héritez ? Ce que vous avez fait ?

4 Même si vous pouvez remplacer sans mal l’objet (stylo bille, parapluie, bracelet-montre, etc.), le vol vous indigne-t-il en tant que tel ?

5 Pourquoi ?

6 Ressentez-vous l’argent déjà comme une propriété ou vous faut-il vous acheter quelque chose pour vous en sentir propriétaire, et comment expliquez-vous que vous vous sentiez d’autant plus nettement propriétaire que vous pensez qu’on vous envie quelque chose ?

7 Savez-vous ce dont vous avez besoin ?

8 A supposer que vous ayez acheté un terrain : combien de temps vous faut-il pour ressentir les arbres de ce terrain comme votre propriété, c’est-à-dire pour que le droit de faire abattre ces arbres vous procure de la joie ou du moins vous paraisse aller de soi ?

9 Avoir un chien vous donne-t-il le sentiment d’être propriétaire ?

10 Aimez-vous les clôtures ?

11 Lorsque vous vous arrêtez dans la rue pour donner quelque chose à un mendiant : pourquoi le faites-vous toujours aussi vite et aussi discrètement que possible ?

12 Comment vous représentez-vous la pauvreté ?

13 Qui vous a appris la différence entre la propriété qui s’épuise et la propriété qui s’accroît, ou bien personne ne vous l’a-t-il apprise ?

14 Collectionnez-vous aussi des oeuvres d’art ?

15 Connaissez-vous un pays libre où les riches ne soient pas la minorité, et comment expliquez-vous que dans ce genre de pays la majorité croit être au pouvoir ?

16 Pourquoi aimez-vous faire des cadeaux ?

17 Combien de sol vous faut-il posséder pour ne pas avoir peur de l’avenir ? (Indiquez le nombre de mètres carrés.) Ou bien trouvez-vous que la peur augmente plutôt avec la grandeur de la propriété foncière ?

18 Contre quoi n’êtes-vous pas assuré ?

19 S’il n’existait plus que la propriété de choses que vous consommez, mais plus de propriété qui donne du pouvoir sur autrui : aimeriez-vous encore vivre dans de telles conditions ?

20 Combien de forces de travail possédez-vous ?

21 Comment ça ?

22 Souffrez-vous parfois d’avoir en tant que propriétaire une responsabilité que vous ne pouvez laisser aux autres sans mettre en danger votre propriété, ou bien est-ce cette responsabilité qui fait votre bonheur ?

23 Qu’est-ce qui vous plaît dans le Nouveau Testament ?

24 Puisqu’il existe certes un droit de propriété mais qu’il ne s’exerce que lorsque la propriété existe : pourriez-vous d’une manière ou de l’autre comprendre que la majorité de vos compatriotes, pour exercer ce droit, vous exproprie un jour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *