L’homme retrouve sa défaite : le quotidien

Tristesse du réveil. Il s’agit de redescendre, de s’humilier. L’homme retrouve sa défaite : le quotidien.

Henri Michaux

C’est le matin, décompression. Va falloir de nouveau replonger dans la vraie vie, celle où il faut se battre pour aller chercher notre maigre pitance. Ce quotidien, qui ne doit plus être une défaite, ça c’était avant.

Ranger, emmagasiner ce flot de sentiments, d’émotions. Vivre avec tant de gens louches pendant quatre jours n’est pas anodin. D’abord de la tristesse -un peu, quand même – et de la nostalgie. Toutes ces discussions, ces tranches de vie, ces destins, ces potentiels plus ou moins gâchés ou refoulés, ces vies amoureuses ou affectives en dents de scie. Nous sommes tellement gaulés (hein Loïc ?) pour prendre et donner du bonheur – indigos parait-il ?

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? En cherchant une vidéo de ce poème d’Aragon chanté par Léo Ferré (j’ai déjà posté au milieu de ce fil la version « pathos » de Léotard de ce texte qui résonne en moi comme un tambour), je suis tombé sur celle-ci, illustrée par quelques expressionnistes, Shiele, Dix, Beckmann, Munch – il ne manque que Kokoshka.

 

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
À quoi bon puisque c’est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m’éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j’ai cru trouver un pays

Puis joie, sérénité, apaisement. Tous ces regards, si beaux. Cette connivence, cette simplicité. Et ces rires. Il devient plus facile de plonger à nouveau dans ce quotidien. Mais autrement, différemment. Résolument. Avec une putain d’envie de vivre, et d’aimer !

Hier matin, avec Kasha et Ours, nous devisions sur la non connaissance de la marche arrière. Son impossibilité, cette défaite qui nous anéantirait. Non, c’est comme ça et pas autrement, ça se passe là : maintenant, et devant soi. Alors on fonce, et bonne route à vous tous !

Musique !

But you can’t beat the beat
But you can’t beat the beat

You’re a stupid sucker never done shit from me
Get in the car and I’m a drive till I’m outta gas
Slow or fast
Can’t put me down no more
I’m a mother fucking creature of the wind
You can’t touch me
You can’t touch this
Kiss my wing, kiss my knuckle, never!
Scoop up chicks at the shows and take ’em
Home and blow
Money to spend
Dream the impossible dreams
Bloodstreams
Seems as bulimic throw up throw up
Tore up the floor up, floor up
Smoking in the bathroom
Getting kicked outta school
Car like a trap of your screwy little varmet
I’m a family walking through the district of Garments
Downtown Los Angeles, the gates of heaven

All the people, they just wanna have fun
Stupid suckers are so fucking temporary
Me and my crew, we’re walking down the street
But you can’t beat the beat, the beat, the beat, the beat

You put the tape in and turn the music up
You hold on one of ’em, stick your finger up
When I was a kid I never had any friends
Was always the one start making some money
Pen and paper, two pair gellin’
In my diapers reeking days old
Never too cool to take a request
Mom it’s all right to get shit of my chest
Music started in ’74, Standing too close but
I’m worlds away
Touch the mic, it’ll burn your fingers
But I’m down instead of slingers
Old and rusty, still brand new
Always coming through with the shapeshifter crew
Girls they just wanna have fun with someone
And find a man to support their kids

People just wanna have fun
All you suckers are so fucking temporary
Me and my crew walking down the street
You can’t beat the beat, the beat, the beat, the beat

The beat [x17]

Oh, how I hate that stupid look in your eyes
Like you already know but you pretend to be surprised
The way you go on, I don’t know where to start
The only sound that I hear is the beating of my heart
What keeps me going is I love the way she does me
I’m the wing child of the man on the mic
Day outta nowhere, I’ll fade away
They try to understand me but they don’t care
Put up your ones, people say practice makes perfect, not worth it now
Throw a bottle on the ground to make it sound, world renowned

Rhythm to the rhythmless,
Shame to the shameless –
Money to the moneyless,
And names to the nameless.

People, they just wanna have fun
But all you suckers are so fucking temporary
Me and my crew walking down the street
But you can’t beat the beat, the beat, the beat, the beat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *