Les petites bavardes

Dis moi sont elles dénudées les petites bavardes qui te hantent?

J’ai une morsure à l’épaule et je voulais savoir avant, avant ma bouche, avant que tu vienne si elles sont dénudées tes préférées! Les petites bavardes.

J’irai les déshabiller devant un miroir, je te regarderai, j’irai devant toi comme un songe, une ode, et je serai blasphème.

Et tu le sais n’est ce pas ? que j’irai chercher plus que ta langue, j’irai piéger ton âme dans l’extase, j’attacherai tes poignets à la sueur. Je cambrerai tout si fort que ta mémoire anéantira tout ce qui n’est pas jouissance.

L’obscénité est innocence

annehonym

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *